REPETTO

2ème étage
null

Grâce et élégance

null

Depuis plus de 70 ans, la Maison Repetto mène la danse en séduisant une clientèle raffinée composée de danseurs et artistes de renom.  En 1947, sur les conseils de son fils Roland Petit, Rose Repetto crée un chausson de danse unique et confortable. L’emblématique ballerine pensée initialement pour les danseurs s’exporte hors des murs de l’Opéra de Paris et séduit l’inimitable Brigitte Bardot. Une légende est née. L’indispensable des danseurs, incarne désormais l’élégance de la chaussure de ville.

Les « Repetto » procurent un effet seconde peau, une qualité inégalée qui fait de la Maison une figure incontournable du luxe français.

TÉLÉPHONE : 01 44 39 80 00

©Repetto

Un savoir-faire d'exception

Une fabrication fançaise

Les ballerines de ville et chaussons de danse Repetto sont conçus à la main dans les ateliers de Saint-Médard d’Excideuil en France. Ils sont façonnés minutieusement par des artisans selon la célèbre méthode du « cousu-retourné ». La semelle est cousue à l’envers avant d’être retournée, apportant ainsi confort et souplesse. Un procédé unique élaboré par Rose Repetto en 1947.


Les artisans Repetto sélectionnent des cuirs souples, soyeux et subtils comme ceux habituellement utilisés pour la ganterie.

« Et Rose...créa Repetto »

En 1947, à quelques pas de l’Opéra de Paris, dans un petit atelier, Rose Repetto imagine une technique absolument inédite pour soulager les pieds de son fils danseur : le cousu-retourné. Le succès est immédiat auprès du Corps de ballet et du Ballet des Champs-Élysées, troupe fondée par son fils Roland Petit en 1945.


Rose Repetto ouvre alors en 1959, le premier magasin Repetto au 22, rue de La Paix dans le premier arrondissement à Paris. La demande est florissante, malheureusement, quelques temps après, son atelier prend feu. Son oncle, propriétaire d’une manufacture de pantoufles en Dordogne, lui propose d’y installer son atelier. C’est ainsi que la production Repetto quitte la capitale pour le Périgord. Aujourd'hui encore, la manufacture des pointes et ballerines est installée à Saint-Médard d'Excideuil.

Des modèles iconiques

Cendrillon et Camille, l'élégance incarnée

« Une chaussure très dénudée, qui laisse apercevoir la naissance des orteils » voici la demande très précise de Brigitte Bardot à Rose Repetto. La couturière imagine donc pour l'actrice une ballerine de ville aussi légère et agréable qu’un chausson de danse.


En 1956, les Cendrillon rouge carmin sont immortalisées dans le film culte de Roger Vadim « Et Dieu...créa la femme ». Les ballerines Camille reprennent la forme mythique des Cendrillon, mais cette fois perchées sur un petit talon. Confortable et élégante, la Camille est parfaite pour un look chic et classique, mais elle se porte également facilement avec des pièces plus fantaisistes.


Aujourd'hui, les modèles Cendrillon et Camille sont devenues des icônes portées dans le monde entier et déclinées dans une multitude de couleurs et matières.

Michael et Zizi, le chic rétro

Les mocassins Michael font partie des paires emblématiques de Repetto. Verni, en cuir mat ou lisse, ce modèle iconique se réinvente à chaque saison. En 2009, la Maison crée ce mocassin confortable et élégant pour le roi de la pop Michael Jackson. Malheureusement, il décèdera avant de pouvoir les porter. En hommage, Repetto continue de présenter ces souliers signature à la fois preppy, pop et unisexe.


Parmi les iconiques, les Richelieus Zizi sont des incontournables. Dans les années 1970, Serge Gainsbourg tombe amoureux du modèle, créée à l’origine pour Zizi Jeanmaire, belle-fille de Rose Repetto. Cette chaussure blanche ultra-souple devient la star des « mauvais garçons » du show biz : Mick Jagger, Mark Ronson, Sebastien Tellier ne les quittent plus. Aujourd’hui, cet indémodable est décliné en version Femme et Homme.