JEROME DREYFUSS

Rez-de-chausée
null

ARTISAN DU CUIR ET ENFANT TERRIBLE DE LA MODE

null

Jérôme Dreyfuss est né à Nancy en 1974 et la mode est pour lui une vocation. Il emménage à Paris à l’âge de 17 ans pour étudier la mode mais quitte l’école au bout de trois mois parce qu’il ne comprend pas « qu’on fasse de la mode comme on fait du droit ».

 

En 1998, il a 23 ans quand il lance sa première collection de prêt à porter féminin qu’il nomme Couture à Porter®. Impertinente, spontanée, cette collection propulse Jérôme Dreyfuss parmi l’élite des créateurs parisiens. La reconnaissance est fulgurante : la presse le proclame « Enfant terrible de la Mode ».

 

En 2002, Jérôme change de cap. À ce moment-là, la haute maroquinerie ne propose que des modèles de sacs rigides, lourds et logos typés à l’extrême, qui ne conviennent à aucune de ses amies. L’idée lui vient alors de faire des sacs souples, légers et pratiques. L’accessoire n’est pas traité comme un complément mais devient la clé de l’allure et de la séduction dans le travail de Jérôme.

LA PEAU EST LA PREMIERE MATIERE DES CREATIONS DE JEROME DREYFUSS !

 

Les sacs sont souples et mous pour coller aux corps des femmes et à leurs mouvements pour ne pas les contraindre. Les sacs Jérôme Dreyfuss sont faits pour être oubliés, devenir presque invisibles. Jérôme Dreyfuss balade son regard autour des femmes, de leurs changements de vie, des tournants de leur existence. Apprenant à s’adapter à leurs envies, à leur rythme, prenant conscience des changements de mœurs et d’attitude. Le créateur invente des sacs d’anthropologue, des maisons à porter, faciles, utilitaires et légers à la fois. Les sacs Jérôme Dreyfuss sont conçus pour devenir des compagnons dans la vie réelle des femmes modernes, citadines et nomades. C’est parce que les sacs sont des partenaires qu’ils portent tous des prénoms d’hommes. Billy, Bobi, Lulu, Yves, tous ont vocation à servir les femmes.


La peau est la matière première des créations Jérôme Dreyfuss. La peau est une matière sensible, vivante, qui évolue dans le temps. Une matière avec une texture, un relief propre, qui stimule les sens notamment le toucher mais aussi l’odorat. L’attachement au caractère naturel et organique des peaux est une caractéristique forte de la Maison qui symbolise tout son rapport au monde et à la création. Tous les cuirs sont tannés dans le respect de méthodes traditionnelles pour un rendu souple ainsi qu’un toucher doux et délicat.

YES FUTURE !

Jérôme Dreyfuss a toujours été très sensible aux problèmes environnementaux et est particulièrement conscient des dommages écologiques commis par l’industrie de la mode depuis des décennies. Dès ses débuts, il s’efforce de faire au mieux pour que son travail ait le moins d’impact possible sur notre planète. Un exercice compliqué quand on est dans un secteur où il faut sans cesse se renouveler, proposer de plus en plus de collections et les livrer le tôt plus possible en points de vente.

Essayer d’être meilleur, entre les cuirs aux tannages végétaux, le conditionnement des sacs à plat pour optimiser les m3 à transporter, éviter l’usage de matières issues de l’industrie pétrochimique, la construction de son tout récent siège social entièrement éco responsable… force est de constater que tout cela reste insuffisant

UNE ESTHETIQUE DU MOUVEMENT